Manue et le yeti

Croix de Pierre, Alpes

12:54, 19/01/2012 .. Publié dans France .. 0 commentaires .. Lien

"De nouveaux mythes prennent naissance a chaque pas que nous prenons" L Aragon


 

Les Alpes, Haute Savoie, Saint Gervais. Le sommet de l'Europe, il y a moins de 200 ans etait encore le sommet du monde. Un centre ville, un manege ancien pour les enfants, un saut en skate board pour les ados, quelques bars et restaurants pour les adultes, et des magazins pour se distraire, le tout avec une superbe vue des montagnes environnantes pour decors.De ma chambre d'hotel, je m'assoie sur mon balcon avec une tasse de cafe et une cigarette. En face de moi, le Mont Blanc me sourie tous les matins, le soleil le couronant de tout son eclat. Les montagnes sont vetuent de leur manteaux d'hiver, une robe blanche, faite de milles et uns crystaux, la neige reflete chaque rayons de soleil pour le plaisir de l'oeil. L'image est parfaite.

En vacances en France, je parts pour une semaine dans les montagnes en famille. Heureuse, je me rejouis qu'en hiver, je puisse avoir du chauffage, de l'eau chaude, de la nourriture variee, tous ces details qui rendent la vie si confortable. Tous ces details que l'on ne peux apprendre a reellement apprecier qu'apres avoir vecues de nombreuses annees sans ces luxes de technologie.Durant la semaine, nous nous baladons avec ma soeur et mon petit neuveu, nous le regardons prendre ses premiers cours de ski. Nous profitons, avec les parents, du soleil sur les terrasses, un bon verre de vin chaud a la main, une fondue au bout des doigts. Pour un peu de pouponnage, ma soeur et moi allons visiter le centre thermal de Saint Gervais. Une soiree sous les etoiles, des bains masseurs, hamam et sauna, la peau rejete ses toxines dans le calme des lieux. C'est beau, c'est calme, simple, ce que la vie peut etre douce.

J'ai de la chance, beaucoup de chance, je me dis. D'un sommet du monde a l'autre, d'un ocean a l'autre, je regarde les metamorphoses du monde dans toute sa folle et horrible beautee. D'ici et la, j'observe le monde exterieur changer devant mes yeux, au fur et a mesure que je fais mon cheminement interieur. Car le voyage, le vrai, n'a rien a voir avec une carte postale statique et parfaite. Le vrai voyage demeure un voyage interieur. Dans ce voyage, rien ne demeure, le seul constant etant le changement de chaque instant.

Mais revenons aux Alpes, Haute Savoie, Saint Gervais. Pour une journee de balade, je joins un groupe d'une dizaine de personnes, direction le col de la Croix de Pierre, au dessus de Megeve, a 1970 metres d'altitude. Nous partons le matin, accompagnes d'un guide de la Federation de Chamonix. La balade sera une occasion de voir passer une course de chiens de traineaux. Quelques minutes en voiture et nous arrivons a Megeve, "la station des gens celebres" nous raconte le guide. A ce qu'il parrait, les emirates viennent ici, ils font meme des trous dans la montagne, l'argent authorizant tout et n'importe quoi, a ce qu'il parait. Meme le couple presidentiel Sarkozi et sa belle son venue par la. Les raquettes a la main, apres une montee en oeuf, nous descendons une colline jusqu'au prochain telesiege. De la, nous commencons la marche de la journee. La poudreuse est superbe, le soleil brille, ce sera une excellente journee dans les montagnes.

En route vers le col, les chiens arrivent. Notre groupe se mets sur le cote pour laisser passer les chiens. 14 equipages, chacun tire par 8 chiens. L'un apres l'autre, les chiens passent, la langue pendant a la bouche. A ma surprise, les chiens ne sont pas des gros chiens poilus et fort, comme je l'aurais imaginee. Le guide explique que ce sont des chiens de course, pas de traineaux. Leur boulot est de courir, leur finesse leur permettant d'etre rapide et endurant. Le chien de tete est celui dirige le reste du troupeau. Le chien de tete n'est ni l'alpha, ni le plus fort, mais bien celui qui suis les ordres.

Une fois les chiens passes, nous continuons a grimper, chaque trace de raquettes laissant une marque dans la neige, traces qui fondera aux premieres chaleures. Le col atteinds le groupe s'assoit dans la neige et mange des sandwitchs. La vallee du Beaufort est en face, les Saisies pas loin. Les montagnes semblent figees dans un autre temps, nous rappelant aux grains de sable que nous sommes, le blanc devient glace etincellante, le froid nous englobent en nous gelant les oreilles. Le ciel embrace la terre dans un baiser de glace sous le regard complice du roi soleil. Pour un instant tout est blanc et silence eternel.

Nous mangeons admirant le paysage, ecoutant la chanson du vent froid qui glace le visage. Entre un moment de silence et une bouchee de jambon fume/fromage, je me souviens que gamine, pendant quelques annees, j'allee en famille aux Saisies tous les hivers. Si le nom m'est familier, les montagnes, elles, sont toujours nouvelles. Presque 30 ans ont passes depuis mon temps aux Saisies, comme les montagnes, j'ai changee, je ne suis plus la meme. Ou plutot j'exprime mon interieur differement, je ne sais pas si l'on change vraiment. Ce qu'on est, on le devient. Chaque hiver, chaque ete, un petit peu differente de l'annee precedente, comme tout etre vivant, la montagne change avec les saisons, elle vie et respire. Un thermos de the a la canelle passe, une tasse est partagee entre le groupe, quelques gouttes d'eau chaude et sucree nous rechauffent avant de repartir pour la descente.

croix de pierre

Nous disons au revoir au col de la Croix de Pierre, puis reprenons la marche du retour. Au sol, la course de la vie est figee momentanement dans la poudreuse. Un renard croise un lievre, des traces racontent des histoires a ceux qui savent les lire. Le soleil tombant, le ciel recouvre les montagnes de ces bleus et roses, peinture de lumiere changeante avec chaque nuages. Le soir tombe, les pistes de ski videes pour la nuit, les camions neige passent, preparant les pistes de demain, et laissant des lignes parfaites dans la neige qui se laisse sculptee par l'homme.


Nous arrivons de retour a Megeve heureux et satisfait. Nous reprenons la voiture pour le retour. C'est l'heure de l'apero. Ce petit groupe qui ne se connaissais pas le matin a maintenant des memoires en commun, du froid dans les mains, du soleil sur les joues et les muscles tendus, tous heureux de rentrer pour un repas du soir. Demain, samedi, c'est le retour au bercail, chaqu'un sa direction. Nos routes comme ceux du lievre et du renard pour un instant se sont croisees, puis un pas en avant, le voyage continue...

"En un sense, Une geographie exterieure n'existe pas. Naturellement, nous formons le monde, meme si juste avec notre esprit et non de nos mains. Quand on forme le monde, nous creons des endroits. "Etre humain est de vivre dans un monde d'endroits qui veulent dire quelque chose; etre humain c'est d'avoir et de connaitre notre place." Il est dit que sans entretenir une relation avec un endroit c'est comme etre un exile spirituel."


Merci au groupe et a tout ceux qui aiment se balader dans la nature, et un grand merci au guide et a tous les guides pour partager leur temps et faire decouvrir des montagnes sublimes. Tous ces petits moments de la vie qui forment une si jolie memoire...

Citation du tres beau livre The sacred myth of Shangri-La de Peter Bishop. Publication Adarsh books.


Ajouter un commentaire

{ Page précédente } { Page 17 sur 78 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Amis

Mes albums

Autres projets

Blog
English travel blog
Blog de tatouage
UPF
Banopa farm

Rubriques

France
Inde
Nepal
Pensées du jour
Présentation

Derniers articles

Le poete chinois
Panam
Voyage
Teej
Encre


Newsletter

Saisissez votre adresse email